Profitez de la livraison gratuite

0

Votre panier est vide

Comment aider un enfant anxieux

par Ayoub Adi mai 23, 2021 7 min de lecture

Comment aider un enfant anxieux

L'anxiété infantile est l'un des problèmes de santé mentale les plus importants de notre époque. Selon Danny Pine, psychiatre pour enfants et adolescents au National Institute of Mental Health et l'un des plus grands chercheurs sur l'anxiété au monde, un enfant sur cinq souffrira d'une forme d'anxiété au niveau clinique au moment où il atteindra l'adolescence.

Pour la plupart des enfants, ces sentiments d'inquiétude ne dureront pas, mais pour certains, ils le seront, surtout si ces enfants ne reçoivent pas d'aide.

L’une des premières choses à faire et de calmer l’enfant, c’est l’une des meilleures solutions pour l’aider. Il va aussi falloir comprendre sa peur, de lui faire comprendre et ne pas la négliger avec quelques phrases il sera facile d’y arriver.

Ici, nous allons voir 6 points à retenir que tous les parents, soignants et enseignants peuvent ajouter à leur trousse à outils de l'anxiété.

Cette liste comprend des informations sur le fonctionnement de l'anxiété, comment les parents peuvent la détecter et comment savoir quand il est temps d'obtenir de l'aide professionnelle.

1. L'anxiété est une peur de l'avenir et de toute son imprévisibilité.

La principale chose à savoir sur l'anxiété est qu'elle implique un certain niveau de perception du danger. Elle se nourrit d'imprévisibilité. L'esprit d'un enfant anxieux est souvent à l'affût d'une menace future, enfermé dans un état de vigilance épuisant.

Nous avons tous une partie de cette inquiétude câblée, car nous en avons besoin. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous, les humains, avons réussi à survivre aussi longtemps. Les jeunes enfants ont naturellement peur des étrangers. C'est une chose adaptative. Ils ont naturellement peur de la séparation, il faut le savoir.

Une anxiété totale survient lorsque ces peurs communes sont amplifiées, comme si quelqu'un augmentait le volume, et qu'elles durent plus longtemps qu'elles ne le devraient. 

L'anxiété de la séparation est assez courante entre 3 et 5 ans, mais elle peut être un signe d'anxiété si elle survient à 8 ou 9 ans. Selon les recherches, 11 ans est l'âge médian de l'apparition de tous les troubles anxieux.

Un ensemble de facteurs contribue à la probabilité qu'un enfant développe de l'anxiété. Environ, un tiers à la moitié du risque est génétique. Mais les facteurs environnementaux jouent également un rôle important. 

L'exposition au stress, y compris la discorde à la maison, la pauvreté et la violence à la maison ou dans le quartier, peuvent tous conduire à l'anxiété. 

Des recherches ont montré que les femmes sont plus susceptibles que les hommes d’avoir un diagnostic de trouble anxieux au cours de leur vie et que l'anxiété, aussi courante soit-elle, semble être largement sous-diagnostiquée et sous-traitée.

C'est pourquoi il est important que les parents, les soignants et les enseignants le découvrent tôt. Soyez à l'affût de la durée des sentiments d'anxiété. Quelques semaines ne sont généralement pas préoccupantes. C’est quand cela dure plus d’un moins, que les parents devraient vraiment commencer à s'en inquiéter.

2. Soyez à l'affût des signes physiques d'anxiété.

Les sentiments d'inquiétude qui accompagnent l'anxiété peuvent sembler cachés à tout le monde sauf à l'enfant pris au piège de la turbulence. 

C'est pourquoi il est particulièrement important pour les adultes de porter une attention particulière au comportement de l'enfant et de rechercher les signes révélateurs d'anxiété chez les enfants. Sans rentrer dans la paranoïa il est nécessaire de peser le pour et le contre. 

Si votre enfant à des problèmes à l’école, il peut rentrer à la maison et avoir mal à l’estomac. Les symptômes sont réels, ne le prenez pas à la légère. 

Bien évidemment si cela arrive une fois de temps en temps il n’est pas nécessaire de s’inquiéter. C’est quand cela arrive souvent qu’il faut se pencher sur la question. 

Là, vous découvrirez certainement que votre enfant à des ennuis avec des camarades ou avec son professeur.

Un mal d'estomac, un mal de tête ou des vomissements peuvent tous signaler des sentiments d'anxiété, d'autant plus que l’enfant se rapproche de la source de l'anxiété.

Ils auront un rythme cardiaque rapide. Ils auront les mains moites, c’est parce que leur cœur bat la chamade. Ils peuvent aller jusqu’à pleurer. 

L’enfant projette sa crainte future, il est en position d’anticipation de ce qui va se passer pour lui, l’expérience va obligatoirement être mauvaise, mais il ne sait pas comment le dire. 

C'est près de ce point de panique que l'anxiété d'un enfant est la plus visible. 

Vous pouvez le voir sur son visage, vous allez le voir dans le comportement en général aussi. Les enfants ont tendance à se figer, ils vont tout faire pour ne pas faire les choses quand ils sont anxieux, ils peuvent être assez bouleversés, ils pourraient même fuir. 

Imaginons qu’il ne veuille pas aller à la piscine. Il va certainement inventer plein de raison de ne pas y aller. Il pourrait par exemple dire “il y a trop d’enfants” et se mettre à pleurer. 

Vous allez donc l’y amener le matin quand il n’y a pas d’enfants. Là encore, il trouvera une raison de ne pas y aller. 

Alors que devez-vous faire ? Vous n’allez tous de même pas le forcer ? Vous savez pertinemment que c’est bénéfique pour lui, mais vous n’arrivez pas à lui expliquer et n’avez pas de solutions.

3. Avant d'essayer de raisonner un enfant paniqué, aidez-le à se détendre.

Vous ne pourrez pas avancer tant que vous ne les aurez pas calmés, parce que si vous ne pouvez pas le calmer, vous ne pouvez même pas lui parler. 

Ils n'écoutent pas vos mots parce qu'ils ne peuvent pas. Leur corps prend le dessus, alors ils parlent et crient pour que vous le laissiez tranquille. 

Comment surmonter ce genre de panique ? Nous recommandons le couteau suisse dans la boîte à outils de santé mentale : respiration profonde du ventre. 

Si cela ne marche pas ou si vous préférez opter pour une option physique, pensez que les balles anti-stress et autres objets anti-stress occupent l’esprit aident à se reconcentrer et à se calmer. Cela pourrait certainement marcher avec votre enfant.

Maintenant que vous avez réussi à calmer votre enfant, il est temps de valider la peur.

4. Validez la peur de votre enfant.

Nous avons entendu de nombreux parents dire qu'ils ont vraiment du mal à savoir comment réagir lorsque leurs enfants s'inquiètent, surtout si la peur gêne une routine quotidienne comme une sortie en famille amusante ou le sommeil.

Votre enfant de 8 ans peut se lever en pleine nuit, venir vous réveiller et dire qu’il ne veut pas aller au lycée et qu’il souhaite rester à la maison toute sa vie. À ce moment-là, il faut être fort et ne pas dire “c’est ridicule va dormir”, mais plutôt “ce n’est pas grave, ne t’inquiète pas”.

Ne rejetez jamais les inquiétudes d'un enfant, aussi irrationnelles qu'elles puissent paraître. La priorité d'un parent doit être «de valider les sentiments de votre enfant et de ne pas dire : 

« Oh, arrête de dire des bêtises. "

Dites plutôt :

“ Je sais que tu te sens mal à l'aise en ce moment.”  Ou encore. “ Je sais que ce sont des sentiments effrayants. ” 

Il est essentiel que les enfants se sentent entendus et respectés. Même si vous êtes à peu près certain que les extraterrestres ne vont pas envahir la planète demain. Si votre enfant s'en inquiète, vous devez lui faire savoir que vous respectez cette peur.

5. Aidez votre enfant à affronter ses peurs.

C'est délicat, chaque parent, soignant et enseignant doit marcher sur des œufs avec un enfant pris d'anxiété. Vous devez respecter la peur de l'enfant, mais cela ne signifie pas céder à la peur.

Notre première réaction lorsque nous voyons un enfant anxieux est de l'aider et de le protéger et non de le pousser ou de l'encourager à faire les choses dont il a peur.

L'une des choses que les chercheurs ont apprises après des années d'étude sur l'anxiété chez les enfants est à quel point il est important de faire face à vos peurs.

Cela peut être difficile à entendre pour certains parents, mais nous l'avons entendu de tous les experts que nous avons interrogés. 

Éviter ou ne pas faire certaines choses, c'est presque implicitement enseigner à l'enfant qu'il y a une raison d'être anxieux ou effrayé si nous ne le faisons pas.

Cela envoie ce message : 

"Il y a un élément potentiellement dangereux à faire ce que mes parents ne veulent pas faire."

Il est donc important que les enfants comprennent que certaines choses vont être difficiles dans la vie. D'autres peuvent être effrayantes. Mais une chose est sûre si d’autres le font, c’est que nous pouvons les faire. 

Même si nous devons valider le sentiment de peur de nos enfants, nous ne pouvons pas toujours céder à ce sentiment. Vous devez les pousser un peu. Mais attention à ne pas pousser trop loin pour ne pas les briser.

Comment les adultes, trouvons-nous cette limite ?

6. Renforcez votre confiance en vous avec un plan.

Aider les enfants à élaborer un plan pour faire face à leurs peurs. C'est ce qu'on appelle la thérapie cognitivo-comportementale. Une grande partie de cela est la thérapie d'exposition.

Si un enfant de 8 ans terrifié à l'idée de vomir.

Il va faire beaucoup de pratique, qui comprend l'achat de vaporisateur de vomi, il va  écouter tous les types de sons de vomissements amusants sur YouTube. 

Il va beaucoup s’entraîner, jusqu'au point de créé des simulations de vomissements.

L’enfant étape après étape, va faire des progrès importants.

C’est radical, mais efficace, cela aidera assurément cet enfant le jour ou son camarade de classe va vomir. 

Les parents peuvent utiliser les récompenses pour féliciter leurs enfants lorsqu'ils font des progrès, pensez à des récompenses petites, mais significatives comme laisser votre enfant choisir le dîner ce soir-là où le film pour une soirée cinéma en famille.

De toute évidence, quelques conseils ne sont qu'un point de départ pour les familles concernées. 

Pour des conseils plus poussés sur la façon d'identifier et de gérer l'anxiété infantile, nous vous recommandons de lire des livres qui traitent du sujet.

Si vous vous sentez dépassé par l'anxiété de votre enfant, n'hésitez pas à demander l'aide d'un professionnel. Encore une fois, auprès du pédiatre de votre famille ou d'un thérapeute cognitivo-comportemental. 

Parce que la bonne nouvelle est que l'anxiété est non seulement incroyablement courante, mais également traitable

N’oubliez pas que vous pouvez commencer par occuper l’esprit de votre enfant lors d’une crise avec un fidget ou une balle anti-stress.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Comment faire une balle anti stress avec des orbeez
Comment faire une balle anti stress avec des orbeez

par Stress zéro décembre 02, 2021 2 min de lecture

Voir l'article entier
Règle Du Jeu Pop It
Règle Du Jeu Pop It

par Stress zero novembre 25, 2021 3 min de lecture

Voir l'article entier
Dessin kawaii
Dessin kawaii, plus de 10 vidéos et illustrations

par Stress zero novembre 16, 2021 6 min de lecture

Voir l'article entier